Eco-Rep-10-2017-076

Soirée conviviale autour des lauréates Eco-Reportages

Le 13 octobre, en soirée, le Club de la presse Drôme-Ardèche remettait deux prix Eco-Reportages à Biovallée – le Campus à Eurre dans la Drôme.

Pour la 8ème édition de ce concours, porté par la vice-présidente Louisette Gouverne, ont été récompensées deux jeunes journalistes, Sandra Laffont et Aurélie Selvi. L’attribution de ces prix sous forme de chèques remis aux journalistes est rendue possible grâce à la participation de partenaires fidèles à ce concours lancé en 2009 par le club de la presse. Citons la région Auvergne Rhône Alpes, Orange, la CNR, Enedis et Energie SDED. L’organisation de la soirée du 13 octobre ayant été facilitée grâce à la coopération des équipes de la CCVD (Communauté de communes du Val de Drôme) et du Campus, mais aussi à la participation de la Cave de Tain et le syndicat de la Clairette de Die et des vins du Diois

Après un retour historique sur la création de la Biovallée raconté par Jean Serret, président de la CCVD, la deuxième partie de cette soirée s’est ouverte sur un débat. Il s’agissait d’esquisser des réponses à une vaste question : comment répondre dans l’habitat aux défis de la transition énergétique et écologique ? en s’appuyant sur des exemples des réalisations dans la Biovallée en matière d’éco-construction et de rénovation. L’animation du débat était assurée par le journaliste Pierre-Louis Berger. Il fut surtout question de rénovation au travers des exemples et propos des intervenants : Robert Arnaud, vice-président de la Communauté de communes du Val de Drôme, André Diviani, chef d’entreprise membre d’un groupement DORéMI, Isabelle Dussert, propriétaire d’une maison récemment rénovée à Saillans, Arthur Gauvain, ingénieur en énergétique et environnement à l’institut Négawatt. Techniciens et artisans ont insisté sur la nécessaire coopération des corps de métiers et les besoins en formation pour réaliser des rénovations performantes.

Eco-Rep-10-2017-036

L’élu, Robert Arnaud, a dit combien la modification permanente des règles techniques et des aides financières pour les travaux constituait un casse-tête pour toutes les parties prenantes. Et insisté sur le nécessaire accompagnement des collectivités sous forme d’assistance aux propriétaires et locataires pour remplir toutes les démarches administratives. S’il a été précisé que les investissements financiers pouvaient la plupart du temps être amortis rapidement grâce aux économies de chauffage, il a été rappelé les avantages indéniables en termes de confort et d’amélioration pour la santé de ces rénovations. Quant à Cassandre Perrin-Lion, chargée de communication et de marketing chez Logelis, elle a pu esquisser les avantages apportés par les maisons à faible consommation énergétique et peu coûteuses produites par la start-up industrielle romanaise qu’elle représente.

La présidente du Club, Céline Gonin, a remercié tous les participants en les invitant à poursuivre les échanges autour d’un verre. Certains sont d’ailleurs repartis avec des contacts précieux pour envisager la rénovation de leur habitat.

FacebookTwitterGoogle+PrintEmail